30 °C Yaoundé, CM
décembre 5, 2020

31 femmes du cinéma camerounais : Tatiana Matip, le phénix

L’actrice au talent incommensurable crève l’écran depuis sa révélation au grand public à travers « Confidence » de Cyrille Masso.

Depuis sa révélation au grand public à travers « Confidence » de Cyrille Masso, les professionnels du cinéma et les cinéphiles ne tarissent pas d’éloge à son endroit pour sa justesse dans le jeu, sa finesse à l’écran et sa capacité à incarner des rôles sans réserve. Elle est la comédienne par excellence qui arrache le sourire ou une larme au cinéphile en fonction des émotions qu’elle transmet à travers ses performances. L’on se souvient encore de sa prestation magistrale dans « Ne crains… rien je t’aime » de son ami de longue date, Thierry Ntamack, qui lui a valu le prix de la meilleure interprétation féminine à la dernière édition du Festival Yarha. Une distinction couronnée par un voyage à la prochaine édition du Festival de Cannes.
C’est à travers le réalisateur Cyrille Masso que la jeune passionnée de théâtre a fait son entrée dans le 7e art. Il l’a découverte en 2001, alors qu’elle était encore étudiante en biochimie à l’Université de Yaoundé 1. C’était dans le cadre d’un casting pour une publicité de Nescafé. Tatiana n’a malheureusement pas été retenue pour la circonstance. Mais, elle a réussi à impressionner le directeur de casting qui a décidé de faire éclore le talent qui sommeille en elle, en lui donnant l’un des principaux rôles de « Confidence ». Un coup d’essai qui s’est avéré un coup de maître. Le long métrage a remporté le prix spécial du jury au Fespaco 2007 et a permis de braquer les projecteurs sur les jeunes acteurs qui ont porté le film. Notamment, Thierry NtamackKoppo et Tatiana Matip.
Son jeu d’acteur remarquable lui a valu des rôles dans « Les oreilles » de Gilbert Babena« Au bout de la nuit » de Claude Ndolo« Psikoz » de Ntamack« Mémoire de Sang » de Narcisse Wandji« Au bout de la nuit » de Claudia Ndolo et « My African Dream » de Gervais Djiméli Lekpa.
Tatiana Matip est restée en retrait pendant une décennie avant de revenir au-devant de la scène en 2018 dans « Glass House » de Noella Ngunyam. Ce fut la « renaissance d’une étoile du cinéma camerounais ». Depuis lors, elle a été à l’affiche de « Angle » du réalisateur Frank Thierry Léa Malle, « Ne crains… rien je t’aime » de Thierry Ntamack et « Innocent(e) » de Frank Thierry Léa Malle.

Malgré son talent, elle ne cesse de se perfectionner au quotidien en participant à des ateliers de formation ou en accompagnant ses cadets du métier. C’est dans le même ordre idée qu’elle a lancé Tatian’Art ciné il y a quelques années. Reconnu pour son humilité légendaire et son altruisme, elle a formé des jeunes lors de la deuxième édition du « Actors Powers Up Workshop », tenu en novembre 2018 à Yaoundé.
Née le 05 janvier 1983 à Edéa, Tatiana Friede Matip est passionnée de lecture, de voyage et bien évidemment de cinéma.

 

 

 

Articles en relation

Alain Bomo Bomo et Michèle Ntédé se marient

12 ans après leur rencontre, les deux tourtereaux du cinéma camerounais tournent le plus beau film de leur vie ce 1er août 2020 dans la ville de Monatélé autour du thème : « Royal et tradition ». C’est une nouvelle qui fera certainement des vagues dans la fanbase de l’acteur le plus convoité du Cameroun. Alain Bomo […]

31 femmes du cinéma camerounais : Osvalde Lewat, la Golden Lady

La réalisatrice et photographe camerounaise fait partie des Lionnes indomptables du cinéma les plus primées. Dans le cercle très ouvert du cinéma camerounais, il y en a qui sont bruyants, et d’autres dont l’écho du travail retentit au-delà du triangle national. Osvalde Lewat fait partie de la dernière catégorie. Discrète et effacée, mais ô combien talentueuse, elle « […]