22 °C Yaoundé, CM
juillet 9, 2020

31 visages féminins du cinéma camerounais : Sita Bella, la pionnière

Cinecamer ouvre sa série consacrée aux femmes qui ont marqué le cinéma camerounais avec cette pionnière qui a laissé des traces indélébiles dans de nombreux domaines.

Nous ne saurions poser le premier clap de notre série consacrée aux femmes qui ont fait bouger le cinéma camerounais sans braquer les projecteurs sur cette pionnièreThérèse Mbida Bella, plus connue sous le nom de Sita Bella, a ouvert les portes dans plusieurs domaines dans les secteurs de l’audiovisuel et du cinéma. Née le 26 février en 1933 au Sud du Cameroun, elle est présentée comme étant la première femme réalisatrice d’Afrique subsaharienne, première Camerounaise mannequinjournaliste et pilote d’avion.
Après avoir obtenu son baccalauréat dans les années 50 dans une école de Yaoundé, elle s’envole pour la capitale française afin de poursuivre ses études. Selon certaines sources, c’est là qu’elle développe un intérêt pour le journalisme et le cinéma. Elle est également issue de la toute première promotion de la SORAFOM  qui, comme son nom l’indique, formait les animateurs issus de cette partie du monde. Après ses études sanctionnées par divers diplômes, elle retourne au Cameroun au début des années 1960 et se donne pour mission de faire connaître son pays au monde.

En 1963, elle réalise « Tam-Tam à Paris », en suivant la compagnie de danse nationale du Cameroun lors d’une tournée dans la capitale française. Ce documentaire, considéré comme le premier film avec pour auteur une femme d’Afrique subsaharienne et le premier film camerounais selon certaines sources. Sita Bella marquera également l’histoire en participant à la toute première édition de la Semaine du Cinéma africain, devenue le FESPACO.

Féministe de première heure, elle a servi d’exemple aux femmes de sa génération dans une société où la gent féminine était reléguée au second plan. De sa carrière de journaliste, celle qui est réputée pour son élégance sans précédent a participé à la création et à l’animation des programmes et rubriques dédiés à l’Afrique pour le journal Le mondeBBCMonte Carlo et La voix d’Amérique, entre autres. De retour au Cameroun, elle a fondé le journal « Newstar » avant de s’éteindre le 27 février 2006 à 73 ans à Yaoundé des suites d’un cancer du côlon. Elle vit aujourd’hui à travers la salle de cinéma du ministère de la Communication qui porte son nom.

Articles en relation

31 femmes du cinéma camerounais : Constance Ejuma, l’étoile filante de Hollywood

Pour le deuxième épisode de notre série consacrée aux 31 femmes qui portent le cinéma camerounais, nous braquons les projecteurs sur Constance Ejuma. L’actrice et productrice camerounaise basée à Los Angeles aux Etats-Unis fait un parcours admirable depuis ses débuts à l’écran. Elle a cristallisé l’attention en 2018 par son rôle dans la dernière production des Studios Marvel la plus attendue de la communauté […]

31 femmes du cinéma camerounais : Yolande Ekoumou Samba, une tête bien faite derrière la caméra

On ne saurait parler des séries camerounaises sans citer la réalisatrice de « Le revenant », diffusée entre 2001 et 2002 et de « Ntaphil » diffusée en 2005 sur la CRTV. Yolande Ekoumou Samba, puisqu’il s’agit d’elle, a marqué la génération 80-2000 à travers ses œuvres cinématographiques à succès qui agrémentaient les soirées des téléspectateurs de la […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *