28 °C Yaoundé, CM
septembre 20, 2020

31 femmes du cinéma camerounais : Nora Ndem, la Lionne qui cartonne à Nollywood

Cette actrice et reine de beauté a su se tailler une place de choix aux côtés des superstars de la puissance cinématographique nigériane.

En moins de deux ans, Nora Ndem a su s’imposer à Nollywood. Elle a d’ailleurs donné la réplique à des nombreuses sommités du 7e art africain. Et pourtant, rien ne la prédestinait à l’actorat. C’est son élection comme «Miss Cameroun Usa» en 2014 qui lui a ouvert les portes de l’audiovisuel. Ce sacre va l’amener à découvrir de nombreux talents qu’elle ignorait. Ses apparitions en sa qualité de reine de beauté la révéleront à bon nombre de cinéastes qui voient en elle, une future Sharon Stone. Du coup, ils vont l’aborder pour lui proposer des rôles au cinéma. Une offre qu’elle déclinera à plusieurs reprises car elle n’avait d’yeux que pour ses études. C’est finalement le cinéaste camerounais, Claudio Oben, qui parviendra à lui faire changer d’avis. Et c’est alors qu’elle accepte d’incarner son premier rôle au cinéma dans le film «Defying the 6th» réalisé par Neba Lawrence, sorti le 4 avril 2018 aux Etats-Unis. Les compliments et encouragements reçus sur ce plateau l’ont rassurée et incitée à embrasser le 7e art.


Après ce long métrage, elle va alors se concentrer sur le métier de maîtresse de cérémonie jusqu’au jour où un réalisateur nigérian lui demande de le rejoindre à Nollywood. Ce, après être tombé sous le charme d’une des vidéos de ce dernier. «Queen Nora» saisira l’opportunité et fera sa première apparition à Nollywood dans le film «Crazy People» du Nigérian Moses Inwang. Et c’est ainsi qu’elle enchaînera des rôles chez le voisin. On la verra tour à tour à l’affiche de «My Flat Mates» de Basketmouth, «Being Farouk» de Kayode Peters, «A Tale of two Brothers» de Seun Sean Jimohet, «Merry Men» et «Yoruba Demon» de Ayo Makun où la belle camerounaise donne la réplique à Ramsey Nouah, Richard Mofe, Jim Iyke et AY Comedian.


Au-delà du cinéma, cette actrice partagée entre Lagos et les Etats-Unis s’illustre aussi dans le domaine des télé-réalités. On la retrouve dans «Dating Game Nigeria», un programme de la chaîne de télévision Ebonylive TV. Cette native de Bamenda dans la région du Nord-Ouest Cameroun figure aussi dans le clip «Burn» des artistes Kcee du Nigéria et Sarkodie du Ghana. Malgré ce succès retentissant, Nora garde les pieds sur terre et elle est plus que jamais proche des couches vulnérables. Dernièrement, elle a offert des produits de première nécessité aux déplacés internes installés à Douala.

Articles en relation

31 visages féminins du cinéma camerounais : Sita Bella, la pionnière

Cinecamer ouvre sa série consacrée aux femmes qui ont marqué le cinéma camerounais avec cette pionnière qui a laissé des traces indélébiles dans de nombreux domaines. Nous ne saurions poser le premier clap de notre série consacrée aux femmes qui ont fait bouger le cinéma camerounais sans braquer les projecteurs sur cette pionnière. Thérèse Mbida Bella, plus connue sous le nom de Sita Bella, a ouvert […]