26 °C Yaoundé, CM
septembre 20, 2020

31 femmes du cinéma camerounais : Mary-Noel NIBA, la force de la discrétion

Mary-Noel NIBA est une amazone par excellence du cinéma. A ce jour, peu de cinéastes camerounais peuvent se vanter d’avoir sa riche filmographie. L’ancienne employée de la CRTV (Cameroon Radio Televison) est l’auteure de plusieurs films documentaires et d’un long métrage de fiction, intitulé « Claire ou l’enfant de l’amour », un film multi-primé.


Avant de s’installer en France il y a quelques années, elle a roulé sa bosse à la télévision nationale du Cameroun. Pure produit de l’École supérieure de réalisation audiovisuelle et de l’Université de Valenciennes, Mary-Noel NIBA débute sa carrière dans l’audiovisuel par la « tour de Mballa 2 », après avoir été recrutée en 1992. Elle va alors réaliser les journaux télévisés notamment le journal de 20h30 de 1992 à 1999 et des magazines d’informations à l’instar de « Migrations », « Thermomètre » et « Recto Verso ». Elle va asseoir sa notoriété auprès des téléspectateurs à travers le magazine portant sur les particularités du français parlé au Cameroun, programme intitulé « Le Français Tel Quel ». Elle va par la suite occuper des hautes fonctions à la direction générale de la CRTV, en devenant tour à tour, Directeur adjoint chargée de la production et Directeur commercial adjoint chargé du marketing et de la production publicitaire. Mary-Noel NIBA sera par la suite consultante coordinatrice du Projet « Maisons des Savoirs » auprès de l’Organisation Internationale de la Francophonie avant de déposer ses valises à l’Ambassade du Cameroun en France. Et ce, sans se débarrasser de sa casquette de cinéaste. Des fonctions et une passion qui lui ont permis de faire le tour du monde. Avant d’être bloquée au Cameroun par le coronavirus, elle avait pris part à la dernière édition du Luxor African Film Festival tenue ce mois de mars en Egypte. N’eut-été ce fichu virus, elle aurait lancé le ciné-club N’kah. Un événement initié dans le but de revisiter les films camerounais afin de se réapproprier notre culture.


Réalisatrice confirmée et productrice chevronnée, elle a créé une société de production audiovisuelle baptisée Luman Communications en 2008. Disciplinée et travailleuse, elle allie sa passion et son métier sans équivoque. Elle est reconnue pour sa discrétion légendaire et son altruisme sans précédent. Mary-Noel NIBA n’hésite pas à se créer du temps dans son agenda ô combien chargé pour répondre aux invitations de ses frères d’arme. Elle a fait partie du jury de plusieurs festivals, notamment Ecrans Noirs, d’Africlap et le festival des Cinémas d’Afrique de Toulouse. Elle ne néglige pour autant pas ses rôles de mère et d’épouse, malgré ses nombreuses sollicitations. On la  souvent vu apporter son soutien à la carrière de sa fille, l’artiste Yung Meagan sur les réseaux sociaux. Elle n’accompagne pas que les siens. Elle a été un pilier essentiel de la troisième édition des Journées du Jeune Cinéaste. Sa maison de production Luman Communication a également accompagné les LFC Awards 2019

Articles en relation